fermer
Concert Classique 29/03/2014
Jean-Guihen Queyras et l'Ensemble Resonanz aux Bouffes du Nord : D'une Vienne l’autre
Jean-Guihen Queyras conçoit son travail avec l’Ensemble Resonanz comme celui d’un quatuor à cordes : même collégialité, même sens de la recherche d’un répertoire clef, même mise en regard dans des programmes d’œuvres complémentaires. C’est bien le cas de leur prochain concert aux Bouffes du nord, qui conjugue quatre compositeurs liés à l’histoire de la musique viennoise ; Georg Matthias Monn (1717-1750) dont Schoenberg aima assez le Concerto pour violoncelle en sol mineur pour en proposer sa version - mais il semble que Queyras lui ait préféré l’original contrairement à Jacqueline Du Pré jadis - donnera la main par cela les siècles  à la Nachtordnung ! (1976) de Wolfgang Rhim.

Le Scherzo de Schreker, dont les opéras font le trait d’union entre Wagner et le Schoenberg première manière, justement celui de La Nuit transfigurée, encadrent les deux œuvres. Attention, La Nuit transfigurée n’est pas donnée dans sa version originale, mais dans une transcription pour un ensemble plus large. On pourra prolonger le concert en retrouvant celle-ci dans le beau disque de l’Ensemble Resonanz paru chez Harmonia Mundi, où elle se trouve couplée avec  la Suite Lyrique de Berg.
 
Jean-Charles Hoffelé

Concert Classique le 29/03/2014

ean-Guihen Queyras conçoit son travail avec l’Ensemble Resonanz comme celui d’un quatuor à cordes : même collégialité, même sens de la recherche d’un répertoire clef, même mise en regard dans des programmes d’œuvres complémentaires. C’est bien le cas de leur prochain concert aux Bouffes du nord, qui conjugue quatre compositeurs liés à l’histoire de la musique viennoise ; Georg Matthias Monn (1717-1750) dont Schoenberg aima assez le Concerto pour violoncelle en sol mineur pour en proposer sa version - mais il semble que Queyras lui ait préféré l’original contrairement à Jacqueline Du Pré jadis - donnera la main par cela les siècles  à la Nachtordnung ! (1976) de Wolfgang Rhim.

Le Scherzo de Schreker, dont les opéras font le trait d’union entre Wagner et le Schoenberg première manière, justement celui de La Nuit transfigurée, encadrent les deux œuvres. Attention, La Nuit transfigurée n’est pas donnée dans sa version originale, mais dans une transcription pour un ensemble plus large. On pourra prolonger le concert en retrouvant celle-ci dans le beau disque de l’Ensemble Resonanz paru chez Harmonia Mundi (1), où elle se trouve couplée avec  la Suite Lyrique de Berg.
 

- See more at: http://www.concertclassic.com/article/jean-guihen-queyras-et-lensemble-resonanz-aux-bouffes-du-nord-dune-vienne-lautre#sthash.gee87SAB.dpuf

Jean-Guihen Queyras conçoit son travail avec l’Ensemble Resonanz comme celui d’un quatuor à cordes : même collégialité, même sens de la recherche d’un répertoire clef, même mise en regard dans des programmes d’œuvres complémentaires. C’est bien le cas de leur prochain concert aux Bouffes du nord, qui conjugue quatre compositeurs liés à l’histoire de la musique viennoise ; Georg Matthias Monn (1717-1750) dont Schoenberg aima assez le Concerto pour violoncelle en sol mineur pour en proposer sa version - mais il semble que Queyras lui ait préféré l’original contrairement à Jacqueline Du Pré jadis - donnera la main par cela les siècles  à la Nachtordnung ! (1976) de Wolfgang Rhim.

Le Scherzo de Schreker, dont les opéras font le trait d’union entre Wagner et le Schoenberg première manière, justement celui de La Nuit transfigurée, encadrent les deux œuvres. Attention, La Nuit transfigurée n’est pas donnée dans sa version originale, mais dans une transcription pour un ensemble plus large. On pourra prolonger le concert en retrouvant celle-ci dans le beau disque de l’Ensemble Resonanz paru chez Harmonia Mundi (1), où elle se trouve couplée avec  la Suite Lyrique de Berg.

- See more at: http://www.concertclassic.com/article/jean-guihen-queyras-et-lensemble-resonanz-aux-bouffes-du-nord-dune-vienne-lautre#sthash.gee87SAB.dpuf

Jean-Guihen Queyras conçoit son travail avec l’Ensemble Resonanz comme celui d’un quatuor à cordes : même collégialité, même sens de la recherche d’un répertoire clef, même mise en regard dans des programmes d’œuvres complémentaires. C’est bien le cas de leur prochain concert aux Bouffes du nord, qui conjugue quatre compositeurs liés à l’histoire de la musique viennoise ; Georg Matthias Monn (1717-1750) dont Schoenberg aima assez le Concerto pour violoncelle en sol mineur pour en proposer sa version - mais il semble que Queyras lui ait préféré l’original contrairement à Jacqueline Du Pré jadis - donnera la main par cela les siècles  à la Nachtordnung ! (1976) de Wolfgang Rhim.

Le Scherzo de Schreker, dont les opéras font le trait d’union entre Wagner et le Schoenberg première manière, justement celui de La Nuit transfigurée, encadrent les deux œuvres. Attention, La Nuit transfigurée n’est pas donnée dans sa version originale, mais dans une transcription pour un ensemble plus large. On pourra prolonger le concert en retrouvant celle-ci dans le beau disque de l’Ensemble Resonanz paru chez Harmonia Mundi (1), où elle se trouve couplée avec  la Suite Lyrique de Berg.

- See more at: http://www.concertclassic.com/article/jean-guihen-queyras-et-lensemble-resonanz-aux-bouffes-du-nord-dune-vienne-lautre#sthash.gee87SAB.dpuf