Actualités

30/07/2017 Elbe-Jeetzel-Zeitung

Wie der Kanadier Jean-Guihen Queyras den Sommerlichen Musiktagen Hitzacker ein Ausnahmekonzert bescherte


Der Virtuose des musikalischen Geistes

Wie der Kanadier Jean-Guihen Queyras den Sommerlichen Musiktagen Hitzacker ein Ausnahmekonzert bescherte

Resonanz, aus der in der Begegnung mit Musik Veränderung entstehe, sei nicht vorhersehbar, hatte Christian Strehk am Sonnabend bei der Eröffnung...
20/07/2017

Retrouvez Jean-Guihen aux Rencontres Musicales !


Dimanche 23 juillet s'ouvre par une "journée continue" à la cathédrale de Forcalquier la semaine de festival des Rencontres Musicales de Haute-Provence.

Au programme cette année, Musique et littérature, avec Gérard Pesson comme compositeur invité.

Ainsi les musiciens enchaîneront une semaine de musique de chambre et de création dans les magnifiques lieux que sont le Prieuré de Salagon à Mane et le Couvent des Cordeliers à Forcalquier.

Tout savoir en cliquant sur le lien ci-dessous !
26/06/2017

Le concert du soir sur france musique : Jean-Guihen Queyras et le Chamber Orchestra of Europe dans un programme Haydn et Beethoven


France Musique rediffuse dans son émission " Le concert du soir " présentée par Clément Rochefort le concert donné le 07 février 2017 à la Philarmonie de Paris de Jean-Guihen Queyras aux côtés du Chamber Orchestra of Europe sous la baguette de Yannick Nézet-Séguin.

Créé en 1981 par un groupe de musiciens issus de l’Orchestre des Jeunes de l’Union Européenne, le Chamber Orchestra of Europe (COE). Tous poursuivent parallèlement leur propre carrière musicale, qu’ils soient solistes internationaux ou chefs de pupitre au sein de divers orchestres nationaux.

Programme du concert :

Joseph Haydn
Symphonie n°44 en mi mineur "Funèbre"
Joseph Haydn
Concerto pour violoncelle et orchestre n° 1 en do Majeur H VIIb/1
Bis:
Jean Sébastien Bach
Suite N2 en ré mineur BWV 1008 : prélude
Ludwig Van Beethoven
Symphonie n°6 en fa Majeur op 68 "Pastorale"

Et à la réécoute pendant 3 mois !
10/06/2017

Concerts à Hong-kong en images !


Découvrez en image les deux soirées de concert données le 8 juin dernier, en récital, ainsi que le 10 juin aux côtés du HK Sinfonietta à Hong-kong.

Merci au HK Sinfonietta !

01/06/2017

Disparition de Jiri Belohlavek

   
Dear Jiří,
I will miss you immensely, your generosity, your noble simplicity.
Thank you for everything you gave us as a great musician and beautiful human being.
RIP

Choc puissant, profonde tristesse de voir disparaître beaucoup trop tôt un très grand artiste et un homme exemplaire à tous égards, dépourvu de tout égoïsme, et dont la générosité d'âme lui avait permis d'atteindre une forme noble de simplicité.
Merci Jiří!

                                                 
27/04/2017 Die Presse

Pianissimi, wie Spinnweben überkreuzt


Im Streichquintett D 956 zumal, bei dem sich Jean-Guihen Queyras am zweiten Cello homogen ins Ensemble einfügte, konnten die fünf sogar das dreifache Piano noch unterbieten, ohne dass der Klang brüchig wurde. So schwebte sie noch zarter, die unnennbare, dreistimmige Melodie der Mittelstimmen, die Violine und Cello im Adagio liebkosen; und dem langsamen Scherzo-Trio verlieh es fast geisterhafte Präsenz. Musikantisch-genießerisch das Finale: große Begeisterung [...]
27/04/2017 Badische Zeintung

"Spielen wie mit Freunden und Geschwistern" BZ-INTERVIEW: Jean-G. Queyras und die Badenweiler Musiktage.


Jean-Guihen Queyras gehört zu den vielseitigsten Cellisten überhaupt. Vor seinen Konzerten bei den Badenweiler Musiktagen hat sich Georg Rudiger mit dem französisch-kanadischen Professor der Freiburger Musikhochschule unterhalten.

BZ: Bei den Badenweiler Musiktagen sind Sie an drei von vier Konzerten beteiligt. Könnte man Ihre Rolle als "Artist in residence" bezeichnen?
Queyras: Ja, es ist sozusagen eine Mini-Residenz an einem verlängerten Wochenende. Wir haben das "Carte Blanche" genannt – "Jean-Guihen and friends" würde auch passen. Es spielen dort enge Freunde, die ich sowohl menschlich als auch musikalisch sehr schätze. Beim Belcea Quartett kenne ich den Cellisten Antoine Lederlin und die großartige Primaria Corina Belcea. Pierre-Laurent Aimard war der Pianist von Pierre Boulez’ Ensemble intercontemporain, als ich in jungen Jahren dort angefangen habe. Ich war sofort fasziniert von der magnetischen Qualität seines Könnens. Bei ihm habe ich auch das Unterrichten gelernt, weil ich viele Jahre Assistent in seiner Kammermusikklasse am Pariser Konservatorium war. Pierre-Laurent ist auch ein fantastischer Denker und hat die große Fähigkeit, Worte über Musik zu finden.

BZ: Und das Trio mit Isabelle Faust und Alexander Melnikov?
Queyras: Die beiden sind meine ständigen Kammermusikpartner. Isabelle habe ich mit Anfang Zwanzig kennengelernt. Sie ist meine Seelenschwester auf der Geige. Wir mussten kaum etwas besprechen. Bogendruck, Bogengeschwindigkeit, Rubato – da hatten wir sofort eine große Übereinstimmung. Viele erleben uns im Zusammenspiel als Geschwister.

BZ: Der Festivalleiter Klaus Lauer ist für seine klugen Konzertprogramme bekannt. Wie kann man sich die dramaturgische Zusammenarbeit mit Ihnen bezüglich der kommenden Badenweiler Musiktage vorstellen?
Queyras: Wir haben uns durch die Neue Musik, genauer gesagt durch Pierre Boulez kennengelernt. Ich kam in den 1990er Jahren zum ersten Mal mit dem Ensemble Intercontemporain zu den Römerbad-Musiktagen. Und war fasziniert davon, wie leidenschaftlich er sich in diesem kleinen Kurort für zeitgenössische Musik einsetzt. Klaus Lauer kennt ein sehr großes Repertoire. Das Programm entstand in enger Zusammenarbeit. Auch die Idee des Soloabends von Pierre-Laurent Aimard am 29. April mit den "Vingt regards sur l’enfant Jésus" (Zwanzig Blicke auf das Jesuskind) ist gemeinsam entstanden. Er spielt die Musik von Messiaen wie kein anderer. Und ich darf zuhören [...]
10/04/2017 Evening Standard

Jean-Guihen Queyras and Thrace, review: Loving alien sounds


The Wigmore Hall audience was enthralled by this refreshing cold shower.

With a scratchy bow scrape, pluck and slide, cellist  Jean-Guihen Queyras threw us into a totally alienating world with his opening solo piece by Marco Stroppa. We got eerie harmonics, extreme low and high notes, and nothing that could be described as a tune. Afterwards, he said he liked to begin with this to open the ears to different scales and sound worlds. A refreshing cold shower.

Nobody fled and we were treated to a fantastic evening of new and thrilling music mainly from the eastern Mediterranean with Queyras’s Thrace quartet. Alongside the cello were Sokratis Sinopoulos on lyra, a three-stringed fiddle traditional in Crete and often played by angels in Renaissance frescoes, and Bijan and Keyvan Chemirani on Iranian frame and goblet drums. 

The concert alternated traditionally based compositions from Greek and Iranian sources with more austere classical repertoire by Lutoslawski, Kurtág and the aforementioned Stroppa. There were melodic dialogues between cello and lyra, with its piercing but delicate tone[...]

10/04/2017

Programme des Rencontres Musicales 2017 !

    
L'édition 2017 des Rencontres Musicales de Haute-Provence se déroulera du 23 au 29 juillet sur le thème "Musique et littérature" avec comme compositeur invité Gérard Pesson.
La journée continue de musique de chambre entamera cette riche semaine musicale le dimanche 23 juillet à la cathédrale de Forcalquier.
Suivront 6 soirées de concerts au Prieuré de Salagon et au Couvent des Cordeliers.

Retrouvez l'intégralité du programme :
10/03/2017

Concert en direct de la Maison de la Radio pour les 60ans de Philippe Schoeller !


France Musique retransmet en live le concert donné à l'Auditorium de la Maison de la Radio à l'occasion de l'anniversaire du compositeur, que célèbre l'Orchestre Philarmonique de Radio France. A cette occasion, Jean-Guihen interprètera le concerto "The Eyes of the Wind".
Compositeur inventif, il fait partie de ceux dont a musique n'en finit pas de nous surprendre.
Cinéphile depuis toujours, il a aussi composé de nombreuses partitions de musique de filme (pour L'Exercice de l'Etat, Dans la Forêt, etc.).

A écouter ou réécouter :
Compositeur inventif, il fait partie de ceux dont la musique n’en finit pas de nous surprendre, comme vous en rendrez compte à l’occasion de la création de sa Deuxième Symphonie, qu’il a choisi d’intituler « Âme ». Cinéphile depuis toujours, il a aussi composé de nombreuses partitions de musique de film (pour L’Exercice de l’État, Dans la Forêt, etc.). Sous la direction de Pascal Rophé, l’Orchestre philharmonique nous révèle une personnalité attachante et multiple.
- See more at: http://www.maisondelaradio.fr/evenement/concert-classique/les-soixante-ans-de-philippe-schoeller#sthash.J5qTaG4q.dpuf


Philippe Schoeller a soixante ans : l'Orchestre Philharmonique de Radio France célèbre une grande figure de la musique française d'aujourd'hui.

Philippe Schœller a soixante ans, certes, et se revendique de la tradition de la musique écrite. Compositeur inventif, il fait partie de ceux dont la musique n’en finit pas de nous surprendre, comme vous en rendrez compte à l’occasion de la création de sa Deuxième Symphonie, qu’il a choisi d’intituler « Âme ». Cinéphile depuis toujours, il a aussi composé de nombreuses partitions de musique de film (pour L’Exercice de l’État, Dans la Forêt, etc.). Sous la direction de Pascal Rophé, l’Orchestre philharmonique nous révèle une personnalité attachante et multiple.

- See more at: http://www.maisondelaradio.fr/evenement/concert-classique/les-soixante-ans-de-philippe-schoeller#sthash.J5qTaG4q.dpuf
Philippe Schoeller a soixante ans : l'Orchestre Philharmonique de Radio France célèbre une grande figure de la musique française d'aujourd'hui.

Philippe Schœller a soixante ans, certes, et se revendique de la tradition de la musique écrite. Compositeur inventif, il fait partie de ceux dont la musique n’en finit pas de nous surprendre, comme vous en rendrez compte à l’occasion de la création de sa Deuxième Symphonie, qu’il a choisi d’intituler « Âme ». Cinéphile depuis toujours, il a aussi composé de nombreuses partitions de musique de film (pour L’Exercice de l’État, Dans la Forêt, etc.). Sous la direction de Pascal Rophé, l’Orchestre philharmonique nous révèle une personnalité attachante et multiple.

- See more at: http://www.maisondelaradio.fr/evenement/concert-classique/les-soixante-ans-de-philippe-schoeller#sthash.J5qTaG4q.dpuf
Philippe Schoeller a soixante ans : l'Orchestre Philharmonique de Radio France célèbre une grande figure de la musique française d'aujourd'hui.

Philippe Schœller a soixante ans, certes, et se revendique de la tradition de la musique écrite. Compositeur inventif, il fait partie de ceux dont la musique n’en finit pas de nous surprendre, comme vous en rendrez compte à l’occasion de la création de sa Deuxième Symphonie, qu’il a choisi d’intituler « Âme ». Cinéphile depuis toujours, il a aussi composé de nombreuses partitions de musique de film (pour L’Exercice de l’État, Dans la Forêt, etc.). Sous la direction de Pascal Rophé, l’Orchestre philharmonique nous révèle une personnalité attachante et multiple.

- See more at: http://www.maisondelaradio.fr/evenement/concert-classique/les-soixante-ans-de-philippe-schoeller#sthash.J5qTaG4q.dpuf
09/03/2017

De la Flandre au Queyras, Jean-Guihen dans Classic Club sur France Musique


En direct et en public depuis l'Hôtel Bedford, Jean-Guihen Queyras et Reinoud Van Mechelen, aux côtés de Lionel Esparza !

 


A la table des invités de l'émission :

Jean-Guihen Queyras
(violoncelliste),
pour le CD Thrace sorti chez Harmonia Mundi
le concert à l'occasion des 60 ans de Philippe Schoeller demain en direct sur France Musique depuis l'Auditorium de Radio France, avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Pascal Rophé

Reinoud Van Mechelen (ténor)
pour le CD Erbarme dich chez Alpha
le concert du 11 mars à 20h à Bel-air - La Ravoire près de Chambéry

Vous pouvez réécouter l'intégralité de cette émission à la carte en cliquant sur le lien suivant :

27/02/2017

Retransmission des trois concertos de Schumann sur Mezzo !

 
Enregistré à la Philharmonie de Berlin le 7 mai 2014, ne manquez pas l'intégrale des concertos de Robert Schumann interprétés par Alexander Melnikov (pianoforte), Isabelle Faust (violon) et Jean-Guihen Queyras (violoncelle), avec le Freiburger Barockorchester sous la baguette de Pablo Heras-Casado !

Ce concert s'inscrit dans une vaste trilogie discographique qui s'est complétées de l'intégrale des trios de Schumann. Le dernier opus de ce projet musical est paru en 2016 chez Harmonia Mundi.

Au programme du concert :

Ouverture, Scherzo et Finale en Mi major, Op. 52
Concerto pour piano en la mineur, Op. 54
Concerto pour violon en ré mineur, WoO 23
Concerto pour violoncelle en la mineur, Op. 129


Rediffusion le 05/03/2017 à 8h30.

09/02/2017

Retourvez Jean-Guihen à la Fnac de Toulouse pour une rencontre dédicace jeudi à 16h30


Alors qu'il se produira à la Halle aux Grains demain soir, jeudi 09 février en compagnie du chef Yannick Nézet-Séguin à la tête de l'Orchestre de Chambre d'Europe, dans un programme Mozart, Haydn et Beethoven, la Fnac de Toulouse a organisé une rencontre et dédicace avec Jean-Guihen à partir de 16h30.
Entrée libre !


07/02/2017

Vivez en direct le concert du 07 février à la Philarmonie de Paris !


Retrouvez Jean-Guihen en direct ce mardi 07 février à la Philarmonie de Paris en compagnie du jeune et talentueux chef Yannick Nézet-Séguin à la tête du prestigieux Chamber Orchestra of Europe dans un programme Haydn et Beethoven !

Le live sera diffusé à la fois :
- sur le site live.philharmoniedeparis.fr où il restera disponible pendant quatre mois
- sur Medici TV


Le Devoir - Montréal 31/01/2017

L'art de la communication

   
Pro Musica rend un digne hommage à son ancien, et remarquable, directeur artistique Pierre Rolland avec cette série au Théâtre Maisonneuve qui porte son nom et nous fait retrouver un petit rituel du « lundi musical » perdu à tort. Après le surprenant récital de Lukas Geniusas, le duo Queyras-Melnikov a répondu à toutes les attentes… et même plus.

 

Je ne peux qu’adhérer à l’opinion exprimée lundi dans le courrier des lecteurs, posant la question « l’ovation est-elle le signe d’un réel enchantement ? » Cela fait belle lurette que non. Dans le milieu musical, Montréal est connu comme la place où le monde se lève quasi systématiquement pour tout et n’importe quoi. Par contre, il y a des signes d’une vraie adhésion et d’une vraie émotion qui ne trompent pas. On peut parler du silence dans la salle, une ouverture des auditeurs, sorte d’aiguisage de l’écoute. Lorsqu’on en arrive à ce que personne n’ose se racler la gorge entre les mouvements il y a fort à parier que l’on est en train de vivre collectivement quelque chose de grand.

C’est ce qui s’est passé lundi au Théâtre Maisonneuve entre Jean-Guihen Queyras, Alexander Melnikov et le public. Et pour cause : il s’agissait de scruter des nuances subtiles et souvent infinitésimales des musiciens. Dans Beethoven, les protagonistes s’ingéniaient à prolonger sur leur instrument les nuances créées par leur comparse. Quel tact de Queyras, quel toucher de Melnikov !

Souvent, les lecteurs me témoignent du bonheur de m’avoir lu mettre des mots sur leurs émotions, expliquer pourquoi tel concert était formidable. Je dois avouer que pour décrire le concert de lundi les mots me manquent. Peut-être l’esprit était ailleurs, peut-être, justement, à ce degré de raffinement, de distinction, de perfection instrumentale et d’émotion, il n’y a rien à ajouter, rien à justifier. À quoi bon invoquer des extinctions de mouvements lents sorties de nulle part (Chopin) ou des textures rares (Debussy) ? Chacun sait bien qu’il s’est retrouvé au bon moment au bon endroit pour communier en musique. La vraie.

En guise de rappel, les interprètes ont dédié aux victimes de la fusillade de Québec le mouvement lent de la sonate de Rachmaninov.

Christophe Huss
Le devoir 31/01/2017

 

29/01/2017

Vivez lexpérience Jean-Guihen Queyras et Alexander Melnikov au Théâtre Maisonneuve dès ce soir! Le virtuose du violoncelle est de retour dans sa ville natale


Jean-Guihen Queyras, à l'occasion d'un concert présenté par Pro Musica, dont la mission, depuis 59 ans, est de faire rayonner la musique de chambre à Montréal, animera la scène du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts e soir dès 20h. Au cœur de son programme musical, il interprétera plusieurs œuvres des répertoires de Claude Debussy, Frédéric Chopin et Ludwig van Beethoven. Le violoncelliste de renommée internationale ravira le public accompagné par le célèbre pianiste Alexander Melnikov. C’est l’occasion parfaite pour se délecter de musique classique!
25/01/2017

Retrouvez en réécoute Jean-Guihen dans le triple concerto de Beethoven !


Si vous avez manqué la diffusion en direct du concert donné au Gewandhaus de Leipzig le 15 janvier dernier du triple concerto pour violon, violoncelle et piano, interprété par Jean-Guihen en compagnie d'Isabelle Faust et Martin Helmchen sous la baguette d'Herbert Blomstedt voici toutes les dates de rediffusion de ce concert unique sur la chaîne MEZZO :

28/01 - 14h41 sur mezzo live hd

29/01 - 15h13 sur mezzo live hd
08/02 - 15h08 sur mezzo live hd
10/02 - 18h37 sur mezzo
11/02 - 15h20 sur mezzo live hd
13/02 - 14h54 sur mezzo
19/02 - 14h56 sur mezzo
22/02 - 15h00 sur mezzo live hd

Et toujours sur Internet via le site d'ARTE-CONCERT !

13/01/2017

Jean-Guihen en direct ce soir à 20H sur Mezzo et ARTE-Concert !

 
Retrouvez ce soir en direct depuis Leipzig Jean-Guihen aux côtés d'artistes hors paire : la violoniste Isabelle Faust et le pianiste Martin Helmchen dans le triple concerto de Beethoven, sur Mezzo et ARTE-Concert !

Herbert Blomstedt ancien chef principal de l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig et qui fêtera cette année son 90e anniversaire dirigera à cette occasion ce concert entièrement dédié à Beethoven.

Retrouvez toutes les rediffusions sur le site de la chaîne Mezzo ainsi que sur le net via ARTE.

Bonne écoute !
18/12/2016

La tribune des critiques de disque : Jean-Guihen version de référence pour la Suite de Bach N°2


La tribune des critiques de disque se penchait ce dimanche pour élire la meilleure version de la Suite N°2 pour violoncelle seul de JS Bach parmis lesquelles Anner Bilsma, Pierre Fournier, Mischa Maisky, Peter Wispelwey ou encore Bruno Cocset.

Emmanuelle Guiliani, Christian Merlin et Philippe Venturini ont élu comme version de référence celle de Jean-Guihen devant Peter Wispelwey :

"Noblesse, tendresse, hauteur de vue et virtuosité souveraine : rien n’est trop beau pour le Bach de Jean-Guihen Queyras, archet vibrant et phrasés solaires. Prélude et Sarabande jouent la carte d’un lyrisme recueilli, Courante et Gigue crépitent dans un sentiment d’allégresse. Voici la grande version moderne."
 
(Ré)écoutez l'ensemble de l'émission en cliquant sur le lien suivant :

 

25/11/2016

Toute la série des Grands entretiens de Jean-Guihen Queyras sur France Musique en réécoute et podcast!

 
Chaque semaine, un musicien se confie dans un entretien au long cours…En cinq chapitres, un parcours d’artiste et un portrait intime, où l’on prend le temps de revenir aux sources d’une vocation, à dérouler le fil d’une vie dédiée à la musique, et à ses jardins secrets…

Jean-Guihen évoque aux côtés de Judith Chaîne son parcours personnel et musical, en cinq étapes.
Lundi 21 novembre : Montréal, Mostaganem & Rêve Hippie
Mardi 22 novembre : La crevette
Mercredi 23 novembre : Le choc
Jeudi 24 novembre : Boyau ou métal, pourquoi choisir ?
Vendredi 25 novembre : Etre un bon interprète (5/5)

08/11/2016

Un concert exceptionnel : Amandine Beyer / Jean-Guihen Queyras !

 

Réserver votre place sur 

Venise-sur-Seine : Amoureux de Vivaldi, Amandine Beyer et Jean-Guihen Queyras se sont donnés rendez-vous le 8 novembre à 20 h 30 sur une barge amarrée au pied du pont Alexandre III, Flow-Paris, récemment transformée en salle de concerts. Ils y célèbreront aussi Bach, Kodály, Leclair et Vilsmayr, mais la part belle sera faite au compositeur vénitien dont Amandine Beyer et Gli Incogniti viennent de rendre hommage - en compagnie d'un autre amoureux du compositeur, le violoniste Giuliano Carmignola - dans un enregistrement de duos pour violons qui scintille comme un feu d'artifice sur la lagune. Le disque est déjà plébiscité par la presse (Diapason d'or, octobre 2016).

Le concert du 8 novembre est lui aussi exceptionnel à plusieurs titres : c'est la première fois qu'Amandine Beyer et Jean-Guihen Queyras joueront ensemble et ce sera le premier concert  public organisé par harmonia mundi et [PIAS]. Ce sera aussi le premier concert de musique classique qui aura lieu sur le Flow. Il sera suivi par une rencontre avec les artistes sur la terrasse couverte de la péniche. Un moment qui s'annonce comme inoubliable et que nous aimerions partager avec vous.
Propice à la musique de chambre, la salle du Flow est de petite taille (300 places). Pour avoir le privilège de toutes ces premières à la fois, nous vous conseillons de réserver vos places dès maintenant sur www.fnac.com.
Toute l'équipe d'harmonia mundi sera là pour vous accueillir !


                   

22/09/2016

Jean-Guihen Queyras, invité de la matinale de France Musique

 
Le dernier opus de Jean-Guihen Queyras, paru le 26 août dernier, puise son inspiration dans la culture de la civilisationdes Thraces. Entre les percussions envoûtantes de frères Chemirani et la lyra de Sokratis Sinopoulos, cet opus ouvre les portes de territoires musicaux inédits. Au croisement de la recherche contemporaine, de l'improvisation, et des musiques traditionnelles de Méditerranée, un même esprit souffle, puissant, irresistible.

Matinale de France Musique, 22/09/2016
12/9/2016

"Sur les Thraces de Jean-Guihen Queyras et des frères Chemirani" matinale de France Culture

                                     
                          

Aux côtés d’un joueur de lyre Grec, le violoncelliste invite ses amis d’enfance, percussionnistes renommés, à un programme d’échange virtuose.

Un violoncelle, une lyra, deux percussions et un rythme en cinq temps (khamsa), point de départ pour le transport sonore sur le chemin des Thraces. Les Thraces (avec un H donc) c’est ce peuple, cette civilisation qui s’étendait dans les Balkans, de la Grèce actuelle à la Bulgarie en passant par la Turquie, à son apogée au IIIème et IIème siècle avant J.-C. Les musiciens que vous entendez ont trouvé dans ces Thraces qu’ils présentent comme un peuple « curieux, ouvert sur l’interaction avec les autres cultures » une métaphore de leur démarche musicale.

Puisqu’en effet tous ne viennent pas du même chemin : au violoncelle un archet bien connu l’Ensemble Intercontemporain, Jean-Guihen Queyras. Les autres cordes (trois petites cordes) ce sont celle de la lyra, petit violon qui remonte à l’époque byzantine, ici posé sur les genoux de Sokratis Sinopoulos. De l’autre côté, deux percussion, celles des frères Bijan et Keyvan Chemirani, qui jouent respectivement du daf et du zarb, instruments iraniens qu’ils emmènent bien au delà de la tradition persane.


Thrace » sous titré « Sunday Morning Sessions »…

Oui des sessions du dimanche matin entre les frères Chemirani et Jean-Guihen Queyras, amis d’enfance puisqu’ils ont grandi en voisins dans les collines en Haute-Provence, près de Forcalquier, et si je n’oublie pas Sokratis Sinopoulos, il faut aussi entendre la virtuosité douce des frères Chemirani, notamment dans l’impressionnant « Dast é Kyan ».

Le violoncelliste Jean-Guihen Queyras lui aussi « pollinisé » par les percussions, il nous confiait utiliser « de plus en plus souvent » la caisse du violoncelle comme percussions lors des improvisations. Et il a même essayé la petite et difficile lyra : « La très grande souplesse de la mèche de l'archet donne une douceur et une suavité dans la production du son; Et le fait que les doigts de la main gauche soient au contact de la corde de manière latérale et avec les ongles donne une grande souplesse de vibrato et d'intonation. »

Les mots choisis ont aussi leur musique, et il faut entendre la liberté des improvisations, le choix d’un répertoire qui va dans ici de pièces très contemporaines (« Etude Digitale » de Jörg Widmann écrite en 2015 en hommage à Pierre Boulez) à des danses populaires comme cet air des Balkans « Hasapiko ».

Matthieu Conquet
"L'actualité musicale", Matinale de France Culture 12/09/2016

23/07/2016

Best-of des Grands concerts de Radio-France : écoutez Jean-Guihen dans "Tout un Monde Lointain" !

   
Dans le cadre de sa programmation estivale, France Musique rediffuse les Grands Concerts qui ont marqué Radio France. Deux heures de déambulation dans le riche patrimoine musical de l'Orchestre national de France, de l'Orchestre philarmonique de Radio France.
Retrouvez Jean-Guihen parmis les concerts à l'écoute, dans le concerto de DUtilleux "Tout un monde lointain" donné le 19 avril 2012 au Théâtre des CHamps Elysées avec l'Orchestre national de France.

L'émission est à la réécoute jusqu'au 22/08/2016 !

 

20/07/2016

Festival dAix-en-Provence - Émotion et création pour le dernier concert de la carte blanche de Jean-Guihen Queyras


Une fois de plus, en cette avant-dernière journée du Festival d’Aix-en-Provence, l’auditorium du Conservatoire Darius Milhaud avait fait le plein pour un rendez-vous exceptionnel au cours duquel allait être créé le cycle pour voix et violoncelle de Gilbert Amy, « Le Poète inachevé ». Auparavant, c’est avec la suite pour violoncelle seul n° 3 de Britten que Jean-Guihen Queyras avait ouvert la soirée, non sans avoir installé l’œuvre dans le contexte qui est celui que nous vivons actuellement après l’horreur du 14 juillet à Nice. Cette suite de Britten, composée pour Rostropovitch étant intimement placée sous le signe de la mort et du totalitarisme soviétique. C’est la troisième et dernière suite sur une série envisagée de six par le musicien et le compositeur, ce dernier décédant peu après cette composition. On y retrouve des fragments de mélodies populaires ou liturgiques russes autour d’une architecture dont Britten était friand avec des temps forts et des plages paisibles, comme autant de questions avec et sans réponses rythmées par quelques notes de musique populaire. Une suite enregistrée, il y a plus de 20 ans, par Jean-Guihen Queyras qui, mardi, lui a donné une réelle puissance émotionnelle par son interprétation.
Suivait la création de Gilbert Amy sur des textes de René Leynaud, poète et résistant lyonnais abattu par la Gestapo en 1944. Une composition très structurée, parfaitement servie par le violoncelle de Jean-Guihen Queyras et la voix de Marc Mauillon qui avait accepté il y a quelques jours, de remplacer Stéphane Degout. Challenge relevé par le baryton qui a su dominer la densité de l’œuvre et ses difficultés. Pour terminer, rejoints par le flûtiste Olivier Girardin et le pianiste Alphonse Cemin, Queyras et Mauillon ont donné Trois Chansons Madécasses de Ravel, chansons sensuelles pour deux d’entre-elles et violente pour l’une, ici aussi données avec classe et puissance par Marc Mauillon.
Ce concert marquait la fin de la carte blanche offerte cette année à Jean-Guihen Queyras dont la participation à l’Académie et auprès des jeunes musiciens de la Méditerranée fut des plus actives, pour son plus grand bonheur. Bonheur partagé par ceux qu’il a côtoyés et par un public totalement charmé par son talent, sa gentillesse et son sourire…

Michel EGEA
Destimed 20/07/2016
19/07/2016

Dernier concert de la carte blanche au Festival d'Aix

  
Retrouvez Jean-Guihen ce soir pour un concert exceptionnel : la création d'un cycle pour voix et violoncelle en compagnie de Marc Mauillon.
Le Poète inachevé, commande faite par le Festival d’Aix au compositeur Gilbert Amy, constitue le point fort de cette soirée musicale. La Suite pour violoncelle de Britten écrite à l'intention de Rostropovitch lui succède majestueusement, en neuf mouvements chargés d'affectivité. S'inspirant du folklore poétique malgache, les Chansons Madécasses réunissent la voix et un trio instrumental, où l'on retrouve deux jeunes musiciens passés par l'Académie du Festival d'Aix.

Salle Campra du conservatoire à 20H


14/07/2016

Retransmission en direct du concert ce soir à 20H

  
Au programme du deuxième concert de sa carte blanche, Jean-Guihen a convié le Quatuor Arcanto qu'il forme avec les violonistes Antje Weithaas et Daniel Sepec ainsi que l'altiste Tabea Zimmermann.
Ils joueront des oeuvres de Britten, Purcell et Beethoven.

Le concert se déroulera à l'Auditorium Campra du Conservatoire Darius Milhaud à 20H et sera retransmis en direct sur les ondes de France Musique !
13/07/2016

Festival dAix-en-Provence : Queyras-Melnikov, duo gagnant


Disposant d’une nouvelle carte blanche cette saison au festival d’Aix-en-Provence, le violoncelliste français Jean-Guihen Queyras a débuté, lundi 11 juillet, ces mélodieux travaux d’Hercule liés à cette invitation exceptionnelle. C’était au cœur de l’auditorium du Conservatoire Darius Milhaud où, en compagnie d’Alexander Melnikov, étaient données les sonates pour violoncelle et piano n° 3, 4 et 5 de Beethoven. Des œuvres que les deux musiciens connaissent bien puisqu’ils en ont enregistré l’intégrale, il y a quelques mois déjà, un double CD étant paru chez Harmonia Mundi à l’automne 2014. Et s’ils connaissent bien ces œuvres, les deux hommes se connaissent bien aussi et travaillent régulièrement ensemble. Dès lors, en osmose parfaite, ils vont livrer les trois sonates choisies avec passion et talent. Une leçon d’interprétation, en fait, avec une extrême attention de l’un pour l’autre, et réciproquement, une précision d’horloge helvétique, un son hypnotique et des couleurs bien présentes, même si pour les n° 4 et 5 c’est le gris qui domine. Car les deux sonates sont composées en 1815 par un Beethoven malade, en proie à des problèmes financiers et proche du suicide. Et c’est un sombre et complexe dialogue qui s’installe entre le violoncelle et le piano, les mouvements lents, presque apaisés, succédant aux puissants excès fiévreux. Plus enjouée, la sonate n° 3, composée en 1808, est un lumineux sommet de musique de chambre dont les couleurs et les nuances furent magnifiées par Jean-Guihen Queyras et Alexander Melnikov. Et après cette partie très « germanique » et rigoureuse, c’est avec Debussy et le prologue de sa sonate pour violoncelle et piano, l’une des dernières œuvres composées par le musicien, donné en bis, que s’achevait ce concert. Un autre registre, d’autres couleurs, un grand moment pour le violoncelle… Debussy allait être rattrapé par la maladie et s’éteindre moins de trois ans plus tard n’écrivant que peu de pièces après cette sonate.

Michel EGEA
Destimed


12/07/2016

Tête-à-tête avec Jean-Guihen Queyras

  
Cette année, et pour la deuxième fois dans l’histoire du Festival, une carte blanche est offerte au violoncelliste Jean-Guihen Queyras.
A cette occasion, une rencontre avec le public dans le cadre d'un "tête-à-tête" s'est déroulée le 12 juillet dernier dans la cour du Presbytère .

A la réécoute en cliquant sur le lien suivant !
12/07/2016

Entretien avec Jean-Guihen Queyras

 

Cette année, et pour la deuxième fois dans l’histoire du Festival, une carte blanche est offerte au violoncelliste Jean-Guihen Queyras. Concerts, récital et master classes sont au programme. Rencontre avec ce musicien curieux, adepte de l’interaction et de la transmission, tout de bleu-blanc-rouge vêtu, à quelques heures de la Finale de l’Euro 2016.
 

Cette année, vous intervenez dans plusieurs master classes de l’Académie. En quoi consiste votre participation ?
Lors d’une master classe, il y a celui qui reçoit et celui qui donne, et celui qui reçoit est aussi responsable que celui qui donne. Ici, j’ai affaire à des quatuors qui sont déjà professionnels et qui ont un niveau exceptionnel. Le travail est donc très différent de celui que j’offre quand je suis de passage dans un Conservatoire par exemple. C’est plutôt de l’ordre de l’échange. Finalement, la seule chose que j’ai de plus qu’eux, ce sont les années d’expérience !
 

Vous dévoilerez également les ficelles de votre enseignement lors d’une master classe publique …
Une master classe publique, c’est comme une relation à trois. Au cours de cette séance, je vais donc communiquer au quatuor ce que je souhaite lui transmettre, mais je vais aussi faire des petites digressions et me tourner vers le public pour lui expliquer pourquoi on travaille sur tel ou tel détail, à quoi cela correspond dans l’œuvre, etc. C’est une chance formidable d’avoir une carte blanche dans un lieu comme Aix car le public est connaisseur sans pour autant être snob ! C’est d’ailleurs quelque chose qui m’a fasciné quand je suis venu en 2014, les master classes publiques étaient remplies de passionnés qui voulaient découvrir les cuisines de la musique.
 

La transmission, c’est quelque chose que vous aimez partager ?La transmission fait partie de ma vie depuis toujours. J’aime transmettre des choses à la jeune génération mais aussi au public. Surtout quand ce sont des musiques plus difficiles à aborder. Ça vient peut-être de mes dix années passées à l’Ensemble Intercontemporain, et le fait d’avoir eu la chance de me plonger dans une musique très complexe et d’apprivoiser ce langage avec des compositeurs comme Boulez. J’aime essayer de donner les outils sur la manière dont la musique est construite aux auditeurs car il n’y a rien à faire, on a beau leur dire : « fermez les yeux, laissez-vous porter par la musique », ils ont très souvent envie de comprendre. Mais ça, c’est un petit défaut qu’on a tous !

Qu’est-ce que vous recherchez dans une interprétation ?
Le travail de recherche que je fais en tant qu’interprète et dans le cadre des master classes, c’est d’essayer de déchiffrer ce qu’il y a derrière les notes que le compositeur a posé sur le papier. Ce qui fait un chef-d’œuvre, ce n’est pas seulement le fait qu’il soit bien construit, c’est aussi qu’il repose sur quelque chose de très personnel et de très émotionnel. Je pense à Schumann et à toute la douleur qu’on peut déceler dans sa musique, ou encore un Puccini qui compose des arias qui vont droit au cœur. Ce sont des chefs-d’œuvre parce que ces compositeurs ont eux-mêmes ressenti des choses incroyables et qu’ils ont eu besoin de les exprimer. L’interprétation consiste donc à essayer d’entrer le plus possible en osmose avec le langage du compositeur et de se demander comment transmettre cette émotion  dans la formation du son.
 

Vous allez donner deux concerts avec le Quatuor Arcanto, et vous proposez un répertoire large : Purcell, Britten, Bach, Mendelssohn, mais aussi la Suite Lyrique d’Alban Berg…
Cela fait des années qu’on joue cette Suite lyrique ! C’est une œuvre particulière dans le sens où elle a une histoire extraordinaire. C’est d’abord un chef-d’œuvre de construction, car Berg était un fou de logique, de mathématique, c’était un fétichiste du chiffre. Cette suite est donc construite de manière architecturale. Et puis il y a eu la découverte, dans les années 1970, de la correspondance qu’il a eue avec Hanna Fuchs, et de cette passion qui a déclenché la composition de cette œuvre. On a également découvert une partition imprimée que Berg a lui-même annoté à l’attention de la jeune femme. Il écrit : « regarde, ce thème-ci, c’est toi et moi ; ce thème-là ce sont tes enfants ; et ici, j’exprime mon désespoir de ne pas pouvoir te revoir ». Il y a donc toute une symbolique derrière et Berg a tout décortiqué pour elle ! C’est passionnant !
 

Vous  créerez le Cycle Le Poète inachevé, une commande du Festival à Gilbert Amy. Comment ce projet a-t-il vu le jour ?
Le Festival a commandé à Gilbert Amy un cycle pour voix et violoncelle, Le Poète inachevé, sur des poèmes de René Leynaud. J’avais justement envie de monter un projet autour de la voix car Aix reste un festival d’art lyrique ! Je connais Gilbert Amy depuis longtemps. Il y a quelques années, il avait d’ailleurs composé un magnifique concerto pour violoncelle que j’avais créé au Japon. Je trouvais déjà que dans son écriture pour le violoncelle, il y avait quelque chose de lyrique.
 

Pour cette édition, vous retrouverez aussi le saxophoniste Raphaël Imbert, autour d’une création sur le thème du blues ?
Chaque année, j’organise les Rencontres Musicales de Haute-Provence, un festival de musique de chambre. Par tradition, on propose quelque chose d’un peu plus ouvert, de plus cross-over lors du dernier concert. Raphaël Imbert y a souvent participé et nous a emmené vers le jazz, nous, musiciens classiques, qui sommes plus timides face à l’improvisation. C’est un travail extrêmement salutaire car c’est une lacune du musicien classique. L’improvisation, qui était évidente à la période baroque, a peu à peu disparu car les compositeurs sont devenus de plus en plus maniaques, et c’est bien dommage car c’est quelque chose qui apporte énormément à l’interprétation de la musique classique. Raphaël Imbert et moi-même nous côtoyons donc depuis longtemps, et comme j’improvise de temps en temps, on s’est dit que ce serait chouette de se rejoindre pour ce projet-là. Il y aura aussi d’autres musiciens. D’ici là, il y a les concerts et les master classes, le planning est chargé. Je vais donc arriver, je ne sais pas si je dois dire, comme la cerise sur le gâteau ou comme un cheveu dans la soupe, mais quoi qu’il en soit, je serai là (rires).


Propos recueillis le 10 juillet 2016 par Saskia de Ville pour le Festival d'Aix-en-Provence

11/19 juillet 2016

Festival d'Aix édition 2016 : carte blanche !

    
Pour cette édition 2016, et pour la deuxième fois de son hisoire, le Festival d'Aix-en-Provence offre une nouvelle Carte Blanche à Jean-Guihen Queyras !

Retrouvez Jean-Guihen et ses amis, pour quatre concerts exceptionnels qui débuteront les 11/14/15 juillet, dont une création mondiale commandée par le Festival d'Aix au compositeur Gilbert Amy autour d'un cycle pour violoncelle et baryton, qui réunira à ses côtés, le 19 juillet prochain, Stéphane Degout, qui tient le rôle titre de Pelléas dans la nouvelle production du festival.


Invités exceptionnels de la nouvelle Carte blanche confiée au violoncelliste Jean-Guihen Queyras avec qui ils forment le Quatuor Arcanto, Antje Weithaas, Daniel Sepec et Tabea Zimmermann donnent des master classes aux ensembles de l’Académie.

Retrouvez également Jean-Guihen pour un Tête-à-tête dans la cour du Presbytère le 12 juillet à 18h.

Enfin, le concert avec le Quatuor Arcanto du 14 juillet sera retransmis en direct sur France-Musique.
Les concerts avec Alexander Melnikov du 11 juillet et le Quatuor Arcanto seront quant à eux respectivement retransmis les 8 août et 24 août à 20H sur les ondes de France Musique.

Et pour se remémorer la carte blanche que lui consacrait le Festival d'Aix-en-Provence 2014 voici à la réécoute le Tête-à-tête enregistré à cette occasion (Interview menée par Anne Le Nabour) et l'album Flickr du Festival.

                                                ***

"Cross-over instrumentaux et vocaux" Libération 16/06/2016

 

En marge du rendez-vous lyrique aux voix incessantes assaillant des tympans conquis, le Festival est aussi un lieu de concerts. De beaucoup de concerts ! «C’est ce qui fait la force du Festival, selon Emilie Delorme, la directrice de l’Académie : tout le monde est présent, tout le monde participe aussi aux performances des autres artistes.» Des cross-over se forment : le violoncelliste Jean-Guihen Queyras par exemple (qui vient d’ailleurs de sortir un très bon album Schumann), invité spécial, jouera des sonates de Beethoven (accompagné d’Alexander Melnikov au piano, le 11 juillet) mais se produira aussi avec Stéphane Degout dans une formule trio et baryton (le 19). Queyras participera enfin à deux autres concerts avec le Quatuor Arcanto (les 14 et 15) pour un répertoire large : Purcell, Britten, Bach, Mendelssohn, Berg […]





Libération 16/06/2016

Cross-over instrumentaux et vocaux

Le Festival accueille aussi une foultitude de concerts qui osent des associations inédites. Et au-delà du symphonique, des sessions interculturelles.


En marge du rendez-vous lyrique aux voix incessantes assaillant des tympans conquis, le Festival est aussi un lieu de concerts. De beaucoup de concerts ! «C’est ce qui fait la force du Festival, selon Emilie Delorme, la directrice de l’Académie : tout le monde est présent, tout le monde participe aussi aux performances des autres artistes.» Des cross-over se forment : le violoncelliste Jean-Guihen Queyras par exemple (qui vient d’ailleurs de sortir un très bon album Schumann), invité spécial, jouera des sonates de Beethoven (accompagné d’Alexander Melnikov au piano, le 11 juillet) mais se produira aussi avec Stéphane Degout dans une formule trio et baryton (le 19). Queyras participera enfin à deux autres concerts avec le Quatuor Arcanto (les 14 et 15) pour un répertoire large : Purcell, Britten, Bach, Mendelssohn, Berg…

Parmi les grands ensembles concertants, le Freiburger Barock-orchester, en résidence et qui avait brillé l’an dernier sur tempo rapide dans l’Enlèvement au sérail conduit par Jérémie Rhorer (qu’on retrouvera cette année deux soirs à la direction de Così fan Tutte) ressort ses instruments anciens pour un programme Bach-Haendel conduit par Petra Müllejans. Et, pour ne pas oublier les chœurs, l’éclatant Raphaël Pichon dirigera les voix de son ensemble Pygmalion dans une intégrale des motets de Bach, en marge de sa direction, en version de concert, du Zoroastre de Jean-Philippe Rameau au Grand Théâtre de Provence (le 18 juillet).

Dans un autre genre de cross-over, les musiciens du London Symphony Orchestra (LSO) seront à nouveau présents à Aix, mais ne joueront pas : ils encadreront les membres de l’Orchestre des jeunes de la Méditerranée. Depuis plusieurs années, quelques instrumentistes du LSO (9 pour cette édition) accompagnent durant trois semaines, dans un stage immersif d’orchestre, ces 84 jeunes d’une vingtaine de nationalités différentes du bassin méditerranéen. L’Orchestre des jeunes se réunit, lui, à Aix chaque année pour un concert symphonique (le 20 juillet) avant une tournée, cette année à Marseille, Zadar (Croatie) et Ljubliana (Slovénie).

Mais il n’y a pas que le symphonique dans la musique, et l’Orchestre des jeunes de la Méditerranée pratique aussi des sessions interculturelles. Pour cette édition, autour du saxophoniste Raphaël Imbert, une douzaine de musiciens présenteront le 18 juillet une création sur le thème du blues. Et seront accompagnés par le percussionniste Jean-Luc di Fraya et le violoncelliste… Jean-Guihen Queyras.

Guillaume Tion
Libération-Next 16/06/2016

29/05/2016

El País 30/05/2016 : "Johann Sabastian Queyras" !


  
06/05/2016

Album Peter Eötvös : DoReMi, Speaking Drums & Cello concerto grosso


         
    

Enregistrés en novembre 2014 à la Maison de Radio France, ces trois concertos du génial Péter Eötvös représentent en quelque sorte sa carte de visite concertante : pour violon, pour violoncelle, pour percussion ; le tout sous la direction du compositeur lui-même. Deux des solistes – la violoniste Midori (de son nom complet Midori Gotō, à ne pas confondre avec la violoniste baroque Midori Seiler) et le percussionniste Martin Grubinger – sont également les créateurs de leurs concertos respectifs, tandis que Jean-Guilhen Queyras interprète celui pour violoncelle initialement conçu pour Miklós Péreny. On sait que Eötvös aime à composer « sur mesure », si l’on veut, déroulant son discours musical en fonction de ce qu’il estime être le style personnel de l’interprète ; ce qui n’empêche pas, bien évidemment, que d’autres s’en saisissent par la suite ! Les trois ouvrages ont été écrits dans un espace très court de trois ans, de 2010 à 2013. On y retrouve le langage le plus élégiaque et brillant du compositeur, une superbe poésie des couleurs orchestrales et de l’émotion thématique que bien peu de compositeurs contemporains savent ainsi maîtriser. Et sans oublier quelques touches de tendre humour qu’il saupoudre avec élégance de temps à autres, en particulier dans le concerto pour percussion Speaking Drums qui ne refuse ni les inspirations orientales, ni celles de la musique de danse récoltée de tous les côtés de la planète ; et dans lequel le soliste ne se contente pas de taper sur une invraisemblable panoplie de percussions, mais émet aussi des cris, des grognements, des mots, des borborygmes en tout genre. Un grand, grand compositeur, pour trois immenses concertos modernes.
SM/Qobuz


28/04/2015

Rediffusion du concert du 8 mars sur France Musique


Dans Le concert de l'après-midi ce jour, réécoutez le concert donné le 08 mars 2016 au Théâtre des Champs-Elysées, à Paris.
Sous la direction de Sasha Goetzel, Jean-Guihen Queyras et l'Orchestre de Chambre de Paris interprètent la Symphonie "Neue Lambacher" de Leopold Mozart, le concerto pour violoncelle de Haydn et la 3ème Symphonie de Schubert.
15/4/2016

Master-Class publique et gratuite avec Jean-Guihen à l'Auditorium de Lyon

   
Dans le cadre du Happy Day "Journée du violoncelle" du samedi 16 avril, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, le CIMCL et le CNSMD de Lyon vous proposent une master-class publique avec Jean-Guihen Queyras le vendredi 15 avril de 15h-18h. Elle aura lieu à l’Auditorium-Orchestre national de Lyon pour quatre étudiants des classes de violoncelle du CNSMD de Lyon.

Au programme :
Franz Schubert Sonate pour arpeggione et piano en la mineur, D. 821
Claude Debussy Sonate pour violoncelle et piano
Sergueï Prokofiev Symphonie concertante op. 125 (premier mouvement)             
14/04/2016

Concert retransmis en direct sur Radio Classique depuis l'Auditorium de Lyon


05/04/2016

Concert retransmis en direct de Lausanne ce soir à 20h sur les ondes de la RTS


Ne manquez pas Jean-Guihen Queyras avec l'Orchestre de Chambre de Lausanne pour la création suisse de "Ouroboros", concerto pour violoncelle et orchestre de Thomas Larcher, ce soir à 20h, dans le cadre de sa saison "Les Grands Concerts 7/10".

Le concert sera retransmis en direct depuis la salle Métropole de Lausanne dans le cadre des "Concerts du mardi soir" de la RTS .

Avec Pascal Rophé à la direction et la soprano Christina Landshamer, l'OCL interprétera ensuite une version pour orchestre de chambre de Klaus Simon de la Symphonie n°4 de Gustav Mahler.


 

01/04/2016

Sortie du Concerto pour violoncelle de Schumann : dernier opus de l'intégrale !


                     

Dernier volet de la trilogie de l'intégrale des concertos et trios de Schumann, cet enregistrement fait ici la part belle au violoncelle de Jean-Guihen Queyras. Publié tardivement, le concerto, pourtant énergiquement défendu par Clara Schumann, ne fut créé qu'après la mort du compositeur. Interprété dans le même esprit poétique que les deux autres, ce troisième volume clôt une aventure qui aura à jamais changé notre écoute de l'œuvre de l'œuvre de Schumann.

Un DVD Bonus "Cello concerto : The Concert" enregistré à la Philarmonie de Berlin accompagne le coffret !

A l'occasion de cette sortie, retrouvez Jean-Guihen Queyras dans l'émission de Lionel Esparza, Classic Club "Schumann swingue", du 22 mars dernier sur France Musique et Le Journal du Classique du 29 mars de Laure Mézan sur Radio Classique. 

Radio Classique retransmettra en direct le prochain concert de Jean-Guihen en France à l'auditorium de Lyon sous la direction de Ton Kopmann.

Choix France Musique

 
03/03/2016

Présentation du concert de Jean-Guihen avec l'Orchestre de Paris

   
Étienne Cardoze, violoncelliste, présente le concert du 8 mars au théâtre des Champs-Élysées avec Jean-Guihen Queyras au violoncelle et Sascha Goetzel à la direction : cliquer ici !

Au programme :
Mozart, Symphonie "Neue Lambacher"
Haydn, Concerto pour violoncelle en ut majeur
Mozart, Symphonie n°1
Schubert, Symphonie n°3

Information et réservation
01/03/2016

Carte Blanche au Festival d'Aix-en-Provence

    
                            


Pour cette édition 2016, le Festival d'Aix-en-Provence offre une nouvelle Carte Blanche à Jean-Guihen Queyras !

Retrouvez Jean-Guihen et ses amis, pour quatre concerts exceptionnels dont une création mondiale commandée par le Festival d'Aix au compositeur Gilbert Amy autour d'un cycle pour violoncelle et baryton, qui réunira à ses côtés, le 19 juillet prochain, Stéphane Degout, qui tient le rôle titre de Pelléas dans la nouvelle production d'Aix.

Les festivités débuteront, le 11 juillet, en compagnie de son complice Alexander Melnikov pour une soirée Beethoven, répertoire dans lequel le duo a déjà fait ses preuves, notamment à travers leur intégrale qu'ils ont gravée et qui a été unanimement saluée par la critique.

Jean-Guihen propose également deux soirées, les 14 et 15 juillet, en compagnie du Quatuor Arcanto qu'il a fondé avec ses trois autres immenses comparses que sont Tabea Zimmermann, Antje Weithaas et Daniel Sepec.

Toutes les informations sur le site du Festival !

Et pour se remémorer la carte blanche que lui consacrait le Festival d'Aix-en-Provence 2014 voici à la réécoute le Tête-à-tête enregistré à cette occasion (Interview menée par Anne Le Nabour) et l'album Flickr du Festival.      

08/01/2016

"Tu me dois un pizzicato!"

 

Avec les géants, la première impression peut être physique.
Comme si l'on pouvait saisir l'aura d'une personne hyper charismatique.
J’avais ressenti cela lors de ma première rencontre avec Rostropovitch.
Il en fut de même avec Boulez, quelques années plus tard.

 

Janvier 1990.
Je prends l’avion de New York - où je termine mes études – à Paris pour passer l’audition d’entrée pour le poste vacant de violoncelliste à l'Ensemble InterContemporain.
Parvenu en finale, je me colle à l’ultime épreuve de lecture à vue : un extrait de la Sérénade op. 29 de Schoenberg.

Pierre Boulez écoute ma première tentative, se lève, vient vers moi, me donne quelques instructions d'amélioration, et je rejoue l’extrait, cette fois sous sa direction.
Il se tient à deux mètres de moi, tenant la partition dans une main, dirigeant de l’autre.
Je ressentis dans ces premières 40 secondes de musique partagées avec Pierre ce dont j’allais faire l’expérience au cours des dix années suivantes passées au sein de son Ensemble: une présence absolue, une calme intensité qui avaient le pouvoir de galvaniser ses interprètes, un feu intérieur qui lui permettait d’aller chercher au plus profond d’un instrumentiste le meilleur de lui-même, de se transcender.

 

Au lendemain de cette audition (réussie, donc), mes parents reçurent une drôle de visite dans leur atelier de poterie en Provence. Une petite dame énergique ouvrit la porte avec élan et déclara devant mes parents bouche bée: «Bonjour! Je suis la sœur de Pierre Boulez. Il me charge de voir d’où sort sa nouvelle recrue! ".
Cette phrase fut le début d'une longue amitié entre eux.

Cette anecdote fut pour moi la première illustration d'une qualité non anecdotique de Boulez: si le processus de création fut toujours au centre de sa vie, il se souciait néanmoins profondément et authentiquement de toutes les personnes impliquées autour de lui.
 

Il était à tout moment disponible, non seulement pour les questions au sujet de la musique, mais aussi lorsque l'un de ses musiciens avait des problèmes avec son instrument, sa santé ou autre.

Lorsque je dus m’arrêter de jouer pendant 6 mois suite à une blessure à la main, je reçus ses lettres ou coups de fil à intervalles réguliers, posant des questions sur l'évolution de ma santé, si j’avais les médecins qu’il me fallait, ou si autre chose pouvait être fait pour m’aider…


Tout a été dit sur son oreille légendaire.
Il entendait tout et dans les musiques les plus complexes.

Un an après avoir rejoint l'Ensemble, nous donnions des concerts à Badenweiler, dans une série organisée par son ami Klaus Lauer. Au programme notamment la même Suite op. 29 de Schoenberg mentionnée plus haut.
A la répétition générale, le jour du concert, je manque une entrée et ne joue pas une note «pizzicato» (sans archet), dans un passage complexe où de nombreux sons se mélangeaient. J’espérais donc que cela passerait inaperçu.

Pierre n’interrompit pas.

Mais deux heures plus tard, lorsque je le rencontrai par hasard dans le couloir, il me saisit par le bras et me dit d’un air rieur: «Tu me dois encore un pizzicato !".


Mon tout premier plongeon dans l’univers du compositeur Boulez fut intense et sans préliminaires.
Après quelques nuits blanches passées à apprendre ma partie (je ne n'avais jamais joué quelque-chose d’aussi difficile), je descendis dans les sous-sol de l'IRCAM, pour rejoindre dans l’Espace de Projection une trentaine de musiciens entourés d’un impressionnant dispositif électronique. Mon expérience initiatique au sein de l’EIC se fit donc dans l’univers génial et psychédélique de Répons.

La densité de cette musique, si intense, complexe, aux innombrables couches, me fit l’effet d’un tremblement de terre.

Je ne pouvais pas à proprement parler «comprendre» ce qui se passait autour de moi, mais je me sentais en confiance, emporté par quelque chose d'unique, fort et révolutionnaire.

Ce fut mon « instant Bateau-îvre».

Peut on vraiment «comprendre» le chef-d'œuvre de Rimbaud?

Et pourtant, la force évocatrice et la physique du langage nous mènent vers de nouveaux territoires dans un flux irrésistible.

 

Je découvris plus tard, peu à peu, en m’intéressant plus en profondeur à son langage musical, à quel point le génie de Pierre Boulez devait certes beaucoup à une force d’esprit hors du commun, mais reposait également sur les fondements d’une patience et d’un dévouement quotidien au travail, une construction pierre à pierre de l’édifice, à l’instar d’un Bach ou d’un Beethoven.

Je garde de mes 10 ans au contact quasi quotidien de Pierre le souvenir d’une chaleur humaine, d’une grande fidélité, d’une authenticité basée sur une constance et sur le dévouement à un idéal.
 

Et je retiens que, si l’on veut voir loin ou grand, il faut avancer pas à pas, un pizzicato à la fois.



 

07/01/2016

Jean-Guihen à la Matinale Culturelle de France-Musique

 
L'hommage que consacre France-Musique à Pierre Boulez se poursuit dans la Matinale Culturelle de Vincent Josse, à cette occasion Jean-Guihen sera parmis "les invités du jour" de l'émission.


Retrouvez-le dès 7h40 et jusqu'à 8h48 à l'antenne de France-Musique!

Toutes les informations en cliquant sur le lien ci-dessous :

06/01/2016

Au Maître Boulez

  
In Memoriam the immense Pierre Boulez, mentor, friend, source of inspiration in music and life.
I will miss you greatly.
Thank you for bringing the music world generations ahead.
RiP

06/01/2016

Hommage à Pierre Boulez en direct sur France Musique

 
Suite à l'annonce de la disparition du grand Pierre Boulez, France Musique propose une programmation spéciale pour lui rendre hommage.

A cette occasion retrouvez Jean-Guihen ce soir sur les ondes de la chaîne parmis les invités de Lionel Esparza dans le Classic Club.

Et redécouvrez à cette occasion les témoignages de différentes personnalités musicales l'ayant côtoyé, recueillis par France Musique à l'occasion de ses 90 ans.

19/11/2015

Concert de l'après-midi sur France Musique : Haydn par Jean-Guihen Queyras le 22/07/2014 à Aix-en-Provence


Donné dans le cadre de sa Carte Blanche au Festival d'Aix-en-Provence, ce concert a réuni le 22 juillet 2014 au Grand Théâtre de Provence Jean-Guihen Queyras accompagné du Freiburger Barockorchester dirigé par Gottfried von des Goltz dans le concerto en Ut de Haydn.

Le concert est disponible à l'écoute jusqu'au 19/12/2015 en cliquant sur le lien suivant :
24-29-2015

Retransmission sur France Musique du concert donné au Wigmore Hall

  
France-Musique rediffuse dans Les Concerts de l'Après-Midi le concert donné par Jean-Guihen Queyras et Alexander Melnikov au Wigmore Hall de Londres le 1er décembre dernier.
Au programme, Beethoven et Schumann.
Vous pouvez réécouter ce concert en cliquant sur le lien ci-dessous :

08-09-2015

Sortie du deuxième album du cycle des concertos et trios de Schumann !

 
Après le succès rencontré par le premier opus consacré à l'intégrale des concertos et trios de Schumann, voici le deuxième volet interprété au piano par Alexander Melnikov sous la baguette de Pablo Heras-Casado à la tête du Freiburger Barocorchester.

"Rejoint par ses complices Isabelle Faust (1) et Jean-Guihen Queyras, Melnikov troque ensuite son Erard contre un piano Streicher pour un lumineux trio en fa majeur, composé deux ans après le concerto, et tout aussi enthousiasmant".

On aime passionnment TELERAMA
 

        

25/07/2015

Suivez toute l'actualité des Rencontres Musicales !


Le festival bat son plein !
Vous pouvez désormais suivre toute son actualité sur la page Facebook des Rencontres.



A lire dans la presse deux articles sur les premiers concerts donnés au Prieuré de Salagon :

Rencontres Musicales de Haute-Provence, un premier concert qui tient amplement ses promesses !

Encore une belle soirée au Prieuré de Salagon !

Toute la suite de la programmation du festival à retrouver sur le site des Rencontres en cliquant ici !

24/07/2015

Jean-Guihen Queyras invité de la matinale de France Musique


A l'occasion de la 27ème édition des Rencontres Musicales de Haute-Provence qui mettent Pierre Boulez à l'honneur.

L'émission est disponible jusqu'au 19/04/2018 !
01/07/2015

Jean-Guihen Queyras invité du journal de Laure Mézan

   
Retrouvez Jean-Guihen dans le Journal du Classique de Laure Mézan sur Radio Classique aujourd'hui à 13h, il y sera notamment question  des Rencontres Musicales de Haute-Provence.

Pour écouter et réécouter l'émission cliquez sur le lien ci-dessous :
01/06/2015

Programme des Rencontres Musicales 2015 : hommage à Pierre Boulez


En cette année 2015, les Rencontres se joignent à l'ensemble de la sphère musicale pour rendre hommage à Pierre Boulez à l'occasion de ses 90 ans. 

C'est peu dire que les Rencontres Musicales doivent beaucoup à Pierre Boulez, et que celui-ci a fait preuve d'un soutien fidèle et indéfectible à notre festival depuis plus de vingt ans.

Notre programme tente de tisser une toile, de recréer la constellation Boulez et les univers qui gravitent autour de son extraordinaire trajectoire musicale :
- L'héritage français avec Ravel, Debussy, Messiaen d'un côté et la Deuxième Ecole de Vienne avec Webern, Berg et Schönberg de l'autre.
- Les compositeurs de prédilection de Pierre Boulez chef d'orchestre avec Malher, Brückner, Stravinsky, Bartók.
- Les amis avec Ligeti, Berio, Carter.
- Les hommages de la jeune génération avec trois créations de Michaël Jarrell, Philippe Schoeller et Jörg Widmann.
- Enfin, un "clin d'oeil hommage" au Boulez polémiste qui eut souvent la dent dure envers le jazz avec l'improvisation et une "réponse" de Raphaël Imbert aux "Domaines" de Pierre Boulez, une visite chez Franck Zappa, avec lequel Boulez collabora dans les années 80, ainsi que des improvisations sur Arnold Schönberg et Alban Berg.

Bonne anniversaire et merci, Maître Boulez !

Toutes les informations :
15/04/2015

Residence au Wigmore Hall pour la saison 2015/2016

 
J'ai la joie et l'honneur de vous annoncer que je serai artiste en résidence dans l'un des plus hauts lieux de la musique de chambre dans le monde, le Wigmore Hall pour la saison 2015-16 !
Je serai accompagné par des artistes et amis comme Emmanuel Pahud, Eric Le Sage, Alexandre Tharaud, Isabelle Faust, Alexander Melnikov, Lisa Batiashvili, Antoine Tamestit, Jonathan Biss, Quatuor Arcanto...
Au plaisir de vous y retrouver !




I am so humbled and honoured to announce that I will be Artist in Residence at the best chamber music venue in the world, beloved Wigmore Hall for the season 2015-16! I will be joined by such inspiring artists and friends as Emmanuel Pahud, Eric Le Sage, Alexandre Tharaud, Isabelle Faust, Alexander Melnikov, Lisa Batiashvili, Antoine Tamestit, Jonathan Biss, Arcanto Quartet...I look forward to seeing you there!
26/03/2015

Pierre Boulez fête aujourd'hui ses 90 ans !


Bon anniversaire, Pierre Boulez!
Et surtout MERCI!!
Merci d'être une source d'inspiration quotidienne,
merci pour l'exigence appliquée à vous-même et offerte aux autres,
pour le désir et la capacité de transmission,
pour la persévérence,
pour le refus de la routine,
pour le regard tourné résolument vers l'avant,
pour votre générosité et votre fidélité,
pour votre disponibilité,
pour votre vitalité,
pour votre intrépidité fertile...
Et pour avoir transformé ma vie de musicien. Merci!!   
 
                           


Happy birthday Pierre Boulez, and THANK YOU!!
Thank you for inspiring us day after day,
for being so demending to yourself and to all around you,
for sharing your knowledge with the younger generation,
for your persistence and tenacity,
for refusing routine,
for looking always forward and ahead of your time,
for your generosity and fidelity, your availability, your vitality, your creative intrepidity...
And for rocking my life!
Thank you!!
24/03/2015

Parution du premier album de la trilogie Schumann !


Premier volume d’une trilogie discographique présentant l’intégrale des concertos – piano, violon, violoncelle – et trios de Schumann, cet enregistrement se penche d’abord sur les œuvres les moins courues de ce répertoire : le concerto pour violon et le trio Op. 110 de 1851, le dernier des trois qu’il composa et pourtant le plus négligé (comme tant de musique tardive de Schumann). L’idée initiale ayant animé la violoniste allemande Isabelle Faust, le pianiste russe Alexandrer Melnikov et le violoncelliste français Jean-Guihen Queyras, est de montrer le lien organique entre les trois trios pour violon, piano et violoncelle d’une part, les trois concertos dédiés à chacun de ces instruments d’autre part.

"Excellent argument, excellente interprétation à laquelle s’est joint le Freiburger Barockorchester, voici une trilogie qui fera parler d’elle."
© SM/Qobuz 

Sélection Album Le Monde du 23/03/2015
  
Bonne écoute !
16/03/2015

A voir et à revoir sur MEZZO jusqu'au 28 mars !

 
Les trois concertos de Schumann avec Isabelle Faust, Alexander Melnikov et Jean-Guihen Queyras sous la direction de Pablo Heras-Casado à la tête du Freiburger Barockorchester à écouter ce matin dès 9h30 sur la chaîne MEZZO.
Prochaines diffusions :
26 / 03 - 13h30
28 / 03 - 12h50

Bonne écoute !
11/03/2015

Vidéos de la répétition du concert de la Philarmonie

  
Découvrez un extrait de la répétition du concert donné à la Philarmonie de Paris le 11 mars dernier avec Jean-Guihen en compagnie d'Isabelle Faust au violon et Herbert Blomstedt au piano dans le triple concerto de Beethoven !

05 et 07/03/2015

Concerts Queyras & Melnikov

     
Jean-Guihen Queyras et Alexander Melnikov : deux musiciens impressionnants, deux interpretes lyriques integres dont l’implication artistique est majeure. Leur récent enregistrement sur CD des sonates pour violoncelle de Beethoven a suscité moult superlatifs.

Sur la scene du Klarafestival, ils rendent hommage a l’amour. Non pas aux tourments de la passion, mais au dialogue tendre entre deux partenaires sur pied d’égalité ; n’est-ce pas le secret de toute bonne musique de chambre ?

Dans sa Sonate pour violoncelle et piano, op. 69, Beethoven attribue pour la premiere fois aux deux instruments exactement la meme teneur narrative : il en résulte un duo serein, parfois humoristique et souvent tres joyeux.

Rachmaninov aussi, pour sa part, n’a pas voulu que sa sonate n’entre dans l’histoire « que » comme une Sonate pour violoncelle. L’intensité fragile du violoncelle est, chez lui, soutenue par un déferlement pianistique. Tranchant et concision pour Webern, indulgence et facilité pour Schuman : ce dialogue brûlant fera date dans les esprits.
 
Retrouvez-les en concert :
Le 05 mars au conservatoire de Genève
Plus d'information sur Les Grands Interpètes
Le 07 mars Palais des Beaux-Arts de Bruxelles
Plus d'information sur www.klarafestival.be

25/01/2015

Concert inaugural de renaissance du violoncelle de Beethoven !


Un violoncelle ayant appartenu à Beethoven (il possédait un quatuor à cordes complet qui servait au quatuor Schupanzig lorsqu'ils venaient jouer ses œuvres au Maître) a été retrouvé en Israël après plus d'un siècle de péripéties et confié au Beethovenhaus de Bonn. Le prestigieux musée a confié à Jean-Guihen le concert inaugural de renaissance du précieux instrument a eu lieu le 25 Janvier dernier !

Retrouvez toutes les images de cet exceptionnel moment en cliquant ICI !



07/01/2015

Soutenons la liberté de la presse !

 
08/12/2014

Newsletter Décembre 2014 !


Chers amis,
 
La voici enfin, la première Newsletter de Jean-Guihen!
Vous y trouverez quelques liens et infos tout autour de la passion violoncelle.
Bonne lecture et merci de nous suivre!
 
Le cadeau de Noël idéal? Ne cherchez plus  :
 
Couvert d'éloges depuis sa sortie, le double-CD qu'Alexander Melnikov et Jean-Guihen ont dédié à l'œuvre de Beethoven pour violoncelle et piano vient d'être couronné du Choc de l'année 2014 du magazine Classica ainsi que de CD de l'année par le premier magazine musical japonais Record-Geijutsu.

Ecouter et commander le CD en cliquant ici !
 
Si vous souhaitez vous mettre l'eau à la bouche avec une version de concert, vous pouvez podcaster les concerts des 30 Novembre et 1er Décembre derniers au Wigmore Hall de Londres.
 
Avant-Première évènement:

Un violoncelle ayant appartenu à Beethoven (il possédait un quatuor à cordes complet qui servait au quatuor Schupanzig lorsqu'ils venaient jouer ses œuvres au Maître) a été retrouvé en Israël après plus d'un siècle de péripéties et confié au Beethovenhaus de Bonn. Le prestigieux musée a confié à Jean-Guihen le concert inaugural de renaissance du précieux instrument qui aura lieu le 25 Janvier prochain.
 
Tournée américaine :
 
Mois de Décembre faste et intense pour Jean-Guihen, qui, grâce à l'invitation du jeune mais déjà légendaire Yannick Nézet-Séguin, retourne au mythique Carnegie Hall avec l'Orchestre de Philadelphie avec le concerto de Haydn, et débutera avec l'exceptionnel Orchestre de la Radio de Münich dans le concerto de Dutilleux. Le concert qui aura lieu le 19 décembre prochain sera retransmis en direct par la radio BR-Klassik.

Inauguration de l'auditorium de Radio France :
 
Lors de la semaine inaugurale du très beau nouvel auditorium de Radio-France, Jean-Guihen a donné la Création Française du majestueux concerto pour violoncelle de Peter Eötvös.


Pour recevoir la prochaine newsletter, n'hésitez-pas à vous inscrire en vous rendant à la rubrique "info" et "Newsletter" de ce site !
05/12/2014

Concert au Carnegie- Hall à New-York ce soir !!

  
Après un magnifique concert à Philadelphie avec Yannick Nezet-Seguin à la tête du Philadelphia Orchestra, cette belle tournée américaine se poursuit ce soir à New-York dans la mythique salle du Carnegie- Hall !



04/12/2014

Intégrale Beethoven, Choc Classica 2014 !




21 novembre 2014

Jean-Guihen invité d'Olivier Bellamy sur Radio Classique

A podcaster ou à réécouter, Jean-Guihen dans Passion Classique du 21 novembre dernier, l'émission d'Olivier Bellamy sur Radio Classique.

Référence des morceaux diffusés à retrouver sur le Blog d'Olivier Bellamy !

10 novembre 2014

Concert aux chandelles à Londres !

  
Le 10 novembre prochain dans le magnifique cadre du Shakespeare’s Globe Theatre concert sur le thème de "La Mediterranée à travers les siècles", en compagnie des frères Chemirani au zarb et Sokratis Sinopoulos à la lyra !

14 octobre 2014

Jean-Guihen Queyras invité du Magazine de L. Esparza sur France Musique


Deux invités aujourd'hui dans le Magazine, le compositeur Vladimir Cosma et le violoncelliste Jean-Guihen Queyras

Parcours atypique que celui de Vladimir Cosma, qui a consacré sa vie à la musique de films mais qui a également écrit de nombreux concertos et un opéra Marius et Fanny créé il y a quelques années à Marseille. Les 24 et 25 octobre prochains au Grand Rex, il dirigera des extraits de ses plus grands succès comme Rabbi Jacob, La Boum ou Le Grand blond, mais aussi quelques pages inédites, avec l'Orchestre National de Belgique.

Notre second invité, Jean-Guihen Queyras, vient quant à lui d'enregistrer une superbe intégrale des oeuvres pour violoncelle et piano de Beethoven avec le pianiste Alexander Melnikov, paru chez Harmonia Mundi ! Un intégrale qu'ils donneront également ce dimanche 19 à la Cité de la Musique.

Vous pouvez podcaster et réécouter l'émission jusqu'en 2017 ou dès maintenant en cliquant ici !

23 septembre 2014

Vient de paraître : l'oeuvre complète pour violoncelle et piano de Beethoven !

     
En compagnie d'Alexander Melnikov, découvrez l'ensemble des oeuvres pour violoncelle et piano de Beethoven.
 
Elles s'étalent entre 1796 et 1815. IL a pour ainsi dire créé la sonate pour violoncelle avec piano indépendant dans son op.5, écrit pour Jean-Louis Duport et dédié à Frédéric Guillaume II de Prusse ; à l'instar des délicieuses variations sur des thèmes de Haendel et de Mozart, elles repésentent la première manière du compositeur, comme l'op.69 est typique de la deuxième. Quant aux deux sublimes Sonates de l'op.102, d'une liberté inouïe, elles annoncent déjà le style de sa dernière décennie.


                            Ludwig van Beethoven




"Ils ont l'habitude de jouer ensemble et cela se ressent très vite, tant cette intégrale de la musique pour violoncelle et piano de Beethoven est aboutie. La complicité circule d'un bout à l'autre de ce nouvel enregistrement réalisé en studio à Berlin. Les cinq Sonates pour violoncelle et piano couvrent les "trois styles" (selon une terminologie très en vogue dans la musicologie d'autrefois) du compositeur qui est le premier à consacrer un corpus de sonates aussi important pour le violoncelle. L'art de Jean-Guihen Queyras repose avant tout sur le chant et le phrasé, avec une grande subtilité et sans aucune rudesse. Alexandre Melnikov sait combien Beethoven a privilégié son instrument fétiche, au point de lui donner la primauté, en tout cas dans les deux sonates opus 5. La prise de son, vraiment superbe, souligne ce partenariat entre deux interprètes aguerris à la musique de chambre. Un enregistrement qui figure sans complexe à côté des versions mythiques de Casals, Fournier, Rostropovitch ou Du Pré."

FH -
Classica/Répertoire
17 septembre 2014

Concert retransmis en direct de Bonn !

Ecoutez ce soir à 20h, la retransmission en direct de la Beethovenfest de Bonn du triple concerto en compagnie des fantastiques partenaires Isabelle Faust et Kristian Bezuidenhout accompagnés de l'excellent Rotterdam Philharmonic sous la direction du non moins talentueux Yannick Nezet-Seguin!!

http://www.wdr.de/wdrlive/wdrplayer/wdr3player.html
15 septembre 2014

Derniers jours pour la réécoute du concert Haydn donné au festival d'Aix

Le dernier concert donné au Grand Théâtre de Provence pour clore la carte blanche au festival d'Aix-en-Provence et retransmis sur les ondes de France Musique le 18 août dernier est encore disponible à la réécoute jusqu'au 17 septembre prochain en cliquant ici !


Retrouvez quelques images de cette semaine :
17/22 juillet 2014

Carte blanche et master classes au Festival d'Aix-en-Provence

Retrouvez Jean-Guihen tout au long de cette semaine à Aix-en-Provence. Il y donnera des master classes dans le cadre de l'académie de musique de chambre du festival et s'y produira au cours de 4 concerts révélant l'étendue de son éclectisme musical !

Plus d'infos :


19-06-2014

Page Portrait de Libération : Jean-Guihen Queyras, un violoncelliste d'élite

  
L'ancien soliste de l'Ensemble intercontemporain anime des master classes et donne plusieurs concerts durant le festival d'Aix.


Jean-Guihen Queyras a 47 ans, mais en paraît vingt de moins. Sans doute parce qu’il a consacré dix années de sa vie à défendre la musique d’aujourd’hui. C’était à l’Ensemble intercontemporain (EIC), l’orchestre d’élite fondé par Pierre Boulez pour interpréter des œuvres nouvelles qui sollicitent une virtuosité extrême, ainsi que de repenser modes de jeu et d’attaque.

Né à Montréal, il a grandi à Sherbrooke (Québec), avant de partir pour l’Algérie car son père y avait été muté, puis en Provence, où il a vécu jusqu’à l’âge de 17 ans. Après le Conservatoire de Lyon, il s’est perfectionné à la Hochschule de Fribourg. Il y a rencontré son épouse et y enseigne depuis treize ans. Son dernier maître, avant d’intégrer l’EIC à 23 ans, fut Timothy Eddy, qui enseignait alors au Mannes College de New York.


Victoire. Depuis quelques d’années, la popularité de Jean-Guihen Queyras dépasse, de loin, celle des spécialistes de la musique contemporaine. Ses lectures des grands classiques du répertoire - de Bach à Janacek - enregistrés pour Harmonia Mundi ont été couronnées par la critique et lui ont valu de remporter la victoire de la musique du meilleur soliste instrumental en 2008. Ayant eu carte blanche pour son retour au Festival d’Aix-en-Provence, Queyras, qui est également violoncelliste du quatuor Arcanto, donnera des master classes de quatuor à cordes et des concerts.

On pourra ainsi l’entendre dans le Concerto n°1 de Haydn avec les Freiburger Barockorchester, qu’il a connus sur les bancs de l’université, mais également en solo et avec le pianiste Alexandre Tharaud, son complice au disque comme au concert.
«Nous allons interpréter une suite composée de différentes œuvres de Marin Marais, et des sonates de Bach et de Brahms, car Alexandre est un immense brahmsien dont le sens de la ligne et la capacité à nourrir de longues phrases sont impressionnants, explique-t-il. Quant à moi, je confronterai Bach et Saariaho : la Suite n°1 en sol majeur de Bach, avec son prélude arpégé, me fait penser à une estampe japonaise représentant un arbre ou une rivière. Et Près, de Kaija Saariaho, qui convoque les harmoniques supérieures de l’instrument, a aussi quelque chose d’organique, comme une plante avec ses ramifications. Je compléterai ce concert avec Cinq Pièces brèves de Gyorgy Kurtag, qui est au contraire un compositeur du langage et de la parole, dont la musique est littéralement scandée.»

«Ethique» Aux quatuors à cordes qu’il fera travailler, Jean-Guihen Queyras transmettra sans doute les leçons de Pierre Boulez dont il fut un protégé : «Il m’a montré qu’une interprétation devait, avant tout, être intègre, nécessitait une exigence de chaque instant et que l’on aille au bout de ce qui est possible techniquement pour lui rendre justice. Il m’a également appris qu’il fallait refuser, sans équivoque, tout ce qui relevait du spectacle pour aller au cœur des choses. Cette éthique de l’interprétation, cette manière de faire son métier de musicien sans compromis, lui ont valu une réputation d’artiste intransigeant et de polémiste aux jugements acérés. Mais, pour les musiciens, il reste un homme d’une grande disponibilité et fidélité. Et donc un modèle à suivre pour tous ceux qui enseignent.»


Eric Dahan
Libération du 19/06/2014

 

11-06-2014

A la réécoute : le concert au Concertgebouw d'Amsterdam avec Alexandre Tharaud

Belle tournée avec Alexandre Tharaud entamée dans le superbe cadre de la Grange au Lac le 07 juin dernier et qui se poursuit à Grenoble, Amsterdam, Cambridge, au Wigmore Hall de Londres le 15 juin prochain et enfin le 18 juillet dans le cadre du festival d'Aix-en-Provence.

Vous pouvez d'ores et déjà écouter le concert donné au Concertgebouw le 11 juin dernier en cliquant sur le lien suivant :
05/06/2014

Jean-Guihen Queyras invité culturel du journal de la Radio Télévision Suisse

Retrouvez l'interview de Jean-Guihen avec Claire Burgy lors du rendez-vous culture du journal de la RTS à l'occasion de la création du concerto de Michaël Jarrell !

05/06/2014

Ecoute et podcast du concert du 04 juin au Victoria Hall de Genève

Vous pouvez d'ores et déjà ré-écouter le concert genevois qui a été diffusé en direct et enregistré par la Radio Espace 2

A lire également la critique du concert paru dans Le Temps !
04/06/2014

Création suisse d' "Emergences (Nachlese VI)" de Michael Jarrell dont Jean-Guihen est le dédicataire

Les 4 et 6 juin 2014, en création Suisse à Genève puis à Lausanne, Jean-Guihen interpétera, en compagnie l'Orchestre de la Suisse Romande sous la direction de Thierry Fischer, le concerto pour violoncelle et orchestre de Michaël Jarrell "Emergences (Nachlese VI)" dont il est le dédicataire.

Retrouvez à cette occasion une interview qu'il a réalisée pour l'OSR !

A découvrir également une vidéo sur Michaël Jarrell retraçant l'écriture et le processus de création d'une oeuvre pour l'OSR.
19/05/2014

Résidence avec l'orchestre symphonique de Barcelona

Jean-Guihen Queyras est "l'artiste en résidence" cette semaine de l'orchestre symphonique de Barcelone. Il se produira non seulement dans le concerto d'Elgar, sous la direction de Nikolaj Znaider, mais aussi en récital et donnera également à cette occasion une masterclass. 

Cette résidence fait suite à une grande trounée européenne qu'il vient d'effectuer en compagnie de l'orchestre baroque de Freiburg dirigé par Pablo Heras-Casado aux côtés d'Isabelle Faust et Alexander Melnikov.
Suivra une nouvelle résidence en juillet prochain dans le cadre du festival d'Aix-en-Provence qui dévoilera toute l'envergure de sa palette artistique. En effet, outre les nombreuses masterclass, il donnera une série de concerts allant du récital au concerto et présentera également en compagnie des frères Chemirani une soirée de musique méditérranéenne !

Photos de la résidence ici et concert Elgar à l'écoute !

                            ***

This week Jean-Guihen Queyras will be 'Artist in Residence' with the Barcelona Symphony Orchestra. He will be performing the Elgar Cello Concerto with conductor Nikolaj Znaider as well as performing a solo recital and also giving a masterclass. 
 
This week-long residency comes at a busy time for Jean-Guihen who recently finished an extensive European tour with the Freiburg Baroque Orchestra and Pablo Heras-Casado. In July he will be 'Artist in Residence' at the Aix-en-Provence festival where he will showcase the many sides to his musical output. The residency will see Jean-Guihen performing both solo and duo recitals as well as performing the Haydn C Major Concerto. Alongside numerous masterclasses, Jean-Guihen will also present his project with the Chemirani brothers in which they explore the hypnotic melodies of the Mediterranean evoked from Jean-Guihen's youth.

Informations and dates !
 
10/04/2014

Grande tournée Schumann !

Belle série de concerts et un enregistrement pour Teldex en compagnie d'Isabelle Faust, violon, Alexander Melnikov, piano et le Freiburger Barockorchestersous sous la direction de Pablo Heras-Casado !

Plus d'infos, d'images et un avant-goût sonore ici et !



07/04/2014

Concert au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris

Ensemble Resonanz /

Jean-Guihen Queyras

Violoncelle et direction Jean Guihen Queyras


Voilà près de quatre ans que l’on n’avait plus réentendu Jean-Guihen Queyras au Théâtre des Bouffes du Nord, et il était grand temps de le faire revenir. Le revoilà donc, à nouveau en compagnie de l’Ensemble Resonanz. Hybride protéiforme entre orchestre de chambre et ensemble de solistes, l’Ensemble Resonanz n’a pas de chef, préférant lier des relations privilégiées avec des invités, solistes et chefs de renom, mais aussi artistes média, metteurs en scène et artistes plasticiens.

« Chaque musicien y est impliqué comme dans un quatuor, nous disait Jean-Guihen Queyras en 2010, au démarrage d’uncompagnonnage de quatre ans avec l’Ensemble qui se termine avec ce concert. Je peux ainsi travailler des œuvres auxquelles je n’ai pas accès en tant que soliste ou chambriste — dans le cadre de mon travail avec Alexandre Tharaud ou le Quatuor Arcanto —, mais avec la rigueur et l’intensité qui caractérisent la démarche chambriste. Avec eux, j’endosse un rôle de leader. À moi incombe la tâche de faire la synthèse des diverses propositions et de les intégrer à un tout cohérent. »
Ensemble, ils nous proposent à un parcours audacieux et inattendu, du Concerto pour violoncelle en sol mineur du méconnu Georg Matthias Monn, contemporain viennois de Leopold Mozart et l’un des nombreux artisans de la transition du baroque au classique, au discours fragmentaire de Nachtordnung I de Wolfgang Rihm, en passant par la Vienne bouillonnante du tournant du vingtième siècle, celle de Franz Schreker et d’Arnold Schoenberg.
 
07/04/2014

Jean-Guihen invité sur France Musique dans "Le Magazine" de L.Esparza


"Il y a des jours comme ça où il ne faut surtout pas manquer le Magazine de France Musique ! Aujourd'hui Lionel Esparza reçoit trois grands noms de la musique : le violoniste Renaud Capuçon, le chef Leonardo Garcia Alarcon et le violoncelliste Jean-Guihen Queyras."

Lionel Esparza
Le Magazine du 07/04/2014
France Musique

04/04/2014

Jean-Guihen Queyras et l'ensemble Resonanz en tournée

   
"Superbe programme germanique en point d'orgue d'un compagnonnage de quatre ans entre l'ensemble hambourgeois Resonanz et notre violoncelliste le plus actif en Allemagne, Jean-Guihen Queyras.

Les partenaires tissent des liens entre Georg Matthias Monn, contemporain de Leopold Mozart, et Schönberg, qui l'étudia. Du premier le public découvrira le Concerto pour violoncelle en sol mineur ; du second il entendra l'enivrante Nuit transfigurée pour orchestre à cordes.

Ambiance nocturne encore avec la Nachtordnung de Wolfgang Rihm, et atmosphère Vienne fin de siècle avec le Scherzo de Schreker. Les amoureux de l'archet mitteleuropéen seront comblés."

Benoît Fauchet
Diapasonmag.fr le 04/04/2014
 

Le 4 avril, Grenoble, MC2. Le 7, Paris, Théâtre des Bouffes du Nord. Le 8, Metz, Arsenal
02/04/2014

A réécouter : Jean-Guihen dans "Le journal du classique" sur Radio Classique

Jean-Guihen était l'invité de Laure Mézan sur Radio Classique à l'occasion de la sortie de ses derniers albums et du concert parisien du 7 avril au théâtre des Bouffes du Nord avec l'ensemble Resonanz.

Emission à réécouter en cliquant ici !