fermer

Album BRAHMS
avec
Alexandre Tharaud


Complices de longue date, le violoncelliste Jean-Guihen Queyras et le pianiste Alexandre Tharaud unissent à nouveau leur talent pour un magnifique programme romantique consacré à la musique de chambre de Brahms.
Une lecture unique et lumineuse des deux premières sonates pour violoncelle et piano de Brahms par deux artistes passionnés de musique de chambre, épris de liberté et faisant preuve d'une insatiable curiosité musicale.
Retrouvez également 6 Danses Hongroises transcrites pour l'occasion par les deux musiciens.
D'une rare intensité, ce nouvel enregistrement de Jean-Guihen Queyras et Alexandre Tharaud nous entraine avec passion et élégance au cœur du romantisme allemand.

                                      ***
Pianist Alexandre Tharaud and cellist Jean-Guihen Queyras are long-established as a duo team, but this is the first time that Queyras has joined Tharaud for an Erato recording. They have chosen works that lie at the heart of the Romantic repertoire, all by Brahms: his two cello sonatas and the duo’s own transcriptions of six of the Hungarian Dances.
                                      ***

 
Les deux interprètes maîtrisent parfaitement la complexité et la tendresse lyrique de ces deux sonates : leur jeu est fusionnel, ce sont deux poètes qui dialoguent. 
Emmanuel Dupuy    


  Ces sonates sont un monument de la musique de chambre. Le jeu des interprètes est limpide, clair. Ils ont trouvé l'équilibre entre l'esprit français et cette musique de la Mittel Europa.
Emmanuelle Guilani, France Culture


  "Une magnifique et magistrale réussite."
Marie-Aude Roux, Le Monde

   " [...] L'équilibre absolu de leurs prises de parole, leurs dictions et leurs couleurs jumelles, leur fondu d'âme et d'accent s'imposent [...] violoncelle pur, à la fois émacié et rayonnant, au vibrato économe ; piano agile, poli, subtil, aérant la polyphonie et les enchevêtrements. [...] Queyras et Tharaud ont aussi le mérite d'émanciper ce Brahms déjà presque vieillissant des rêveries étouffées et des sentiments de résignation où on le calfeutre quelquefois. Et de lui rendre ainsi sa liberté de carrure et son idéal d'un tracé clair. Habilement transcrites par nos deux musiciens, les Danses hongroises gagnent au violoncelle une gravité radieuse."
Patrick Szersnovicz
Diapason, février 2018



ECOUTER/ACHETER